Dossier SOGENER: L’État haïtien a fait un coup de force judiciaire pour reprendre ses centrales thermiques à Varreux.

142 0

 

Mardi 26 novembre 2019 – Le P’tit Journal.

En date du 8 novembre 2019, l’État haïtien a déposé une plainte au Parquet de la capitale contre les responsables de la Société générale d’énergie S.A. (SOGENER), des anciens hauts fonctionnaires de l’État et des citoyens pour abus de confiance, surfacturation, faux et usage de faux en écriture privée, association de malfaiteurs et d’enrichissement illicite dans des contrats d’énergie liant l’État haïtien et ladite compagnie privée d’énergie.



En effet, le Commissaire a.i. du Gouvernement près le Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince, Me Jacques LAFONTANT, a envoyé des mandats de comparution à l’encontre de ces accusés dans ce dossier pour jeudi 21 novembre dernier mais les responsables de la SOGENER, à travers une correspondance adressée au Majistrat débout, disent avoir boudé, ce jour-là, cette convocation pour cause d’insécurité régnant dans les parages du Parquet.

 

En conséquence, suivant une résolution prise en Conseil des Ministres, sur une ordonnance du Doyen Bernard SAINT-VIL munie d’exequatur du Parquetier a.i. Jacques LAFONTANT, le Juge de Paix de la commune de Cité-Soleil, Me Julien VERTU, accompagné d’un Huissier, des policiers et des responsables de l’Électricité d’Haïti (ED’H), a repris possession, pour le compte de l’État haïtien, des centrales électriques de Varreux 1&2 gérées depuis 2005 par la SOGENER, ont respectivement communiqué sur leur compte tweeter Mes Osner H. FÉVRY et Newton Louis SAINT-JUSTE, deux des Avocats du Gouvernement démissionnaire, ajoutant que cette compagnie privée d’électricité a surfacturé en huit ans l’ED’H 123.800.000.00 dollars américains, valeur dont l’État haïtien réclame la restitution.



Alors que des citoyens avisés comme des légalistes se sont vite interrogés sur le respect des procédures et formes prévues par la législation haïtienne concernant la résiliation d’un contrat dont les parties signataires ont inséré préalablement des clauses.

 

Selon monsieur Pierre ESPÉRANCE du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) intervenant sur la Radio Méga, le Parquet et le Tribunal Civil de Port-au-Prince n’ont fait qu’affaiblir davantage le système judiciaire haïtien. Ces autorités judiciaires ont fait un violent excès de pouvoir dans le dossier de la SOGENER, en dehors de la loi, pour plaire à l’Exécutif, a poursuivi le défenseur des droits humains en citant que l’histoire retiendra toutes les autorités haïtiennes ayant participé à cette décision manu militari.

 

Pour Me Jean Danton LÉGER, un des Avocats de la SOGENER, joint au téléphone par Juno7, la dépossession de sa cliente des sites et centrales électriques de Varreux est illégale. “Le juge ayant rendu l’ordonnance et le Commissaire ayant ordonné l’exequatur font le jeu mafieux du Président Jovenel MOÏSE”, a défendu énergiquement l’homme de loi et opposant farouche du régime Phtk.

 



Déterminée plus que jamais à poursuivre ce dossier par devant les autorités judiciaires, l’Administration MOÏSE-LAPIN par le biais de son Commissaire a.i. a envoyé lundi une deuxième invitation au propriétaire de la SOGENER, monsieur Jean Marie VORBE, pour ce mercredi 27 novembre à 10 heures du matin, avec les mêmes accusations. Faute de se présenter à la date et à l’heure précises, les juridictions pénales prendront les décisions qui s’imposent contre l’entrepreneur VORBE, a écrit Me Jacques LAFONTANT dans cette seconde convocation.

 

 

Samuel JOSEPH

samujoseph671@gmail.com

Related Post

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *